10 des émeutes les plus meurtrières de l'histoire

10 des émeutes les plus meurtrières de l'histoire

Normalement, une réponse aux gouvernements cruels ou oppressifs, des émeutes ont eu lieu tout au long de l'histoire humaine. Bien qu'ils soient généralement beaucoup moins violents que la rébellion ou la guerre ouverte, il y a eu des exemples extrêmes dans lesquels la quantité de vie humaine perdue est extraordinaire. Voici 10 des émeutes les plus meurtrières de l'histoire humaine.

10 8888 Upris (Birmanie, 1988)
Tableau de la mort: 3 000


Comment cela a commencé: Après des années de règle oppressive par le général NE Win, a conduit à des conditions économiques désastreuses, les citoyens de la Birmanie ont commencé à organiser des manifestations de masse. À partir du 8 août 1988 (d'où le nom), les manifestations sont rapidement devenues mortelles, la police militaire tentant d'écraser toute résistance. Jusqu'à 500 000 personnes ont emballé Rangoon, le capital de la Birmanie, et ont marché contre des policiers de plus en plus violents. C'est au cours de ces émeutes qu'Aung San Suu Kyi a atteint sa renommée nationale pour son rôle dans les manifestations, même en recevant le prix Nobel de la paix en 1991.

Comment cela s'est terminé: la police s'est finalement craqué, tirant dans la foule et tuant des centaines dans les jours pour suivre. Finalement, les émeutiers ont été écrasés, un total d'environ 3 000 rencontrant leur mort aux mains de la junte. Presque tous les dirigeants ont été arrêtés ou exilés, et le pays est toujours en difficulté avec le rôle des militaires dans leur gouvernement; Ils n'ont pas tenu leurs premières élections démocratiques avant 2010.

9 mars Mouvement (Corée, 1919)
Tableau de la mort: 7 500


Comment cela a commencé: après avoir été annexé par le Japon en 1910, le pays de la Corée a finalement grandi pour ressentir à leurs nouveaux dirigeants et a exigé leur souveraineté. Un public de plus en plus instruit s'est rallié ensemble, avec beaucoup de choses stimulées par le célèbre discours des «quatorze points» du président Woodrow Wilson, qui a proclamé le droit du peuple d'un pays pour déterminer leurs dirigeants. Le 1er mars 1919 a été choisi comme date de début car c'était la date de commémoration de l'empereur tardif de Corée. Finalement, les manifestations sont devenues la plus grande démonstration contre la domination étrangère de l'histoire de la Corée.

Comment cela s'est terminé: de nature non violente, les manifestations sont devenues mortelles de toute façon, avec des troupes japonaises tirant sur des foules denses composées de citoyens réguliers. Plus de deux millions de civils ont participé aux manifestations, 46 000 allant en prison et 7 500 tués. Bien qu'il n'ait pas atteint sa mission, le mouvement du 1er mars a conduit à la règle desserrée par les Japonais, ainsi que la formation du gouvernement provisoire de la République de Corée, un acteur important de l'histoire coréenne.


8 Révoltes des paysans roumains (Roumanie, 1907)
Tableau de la mort: 11 000


Comment cela a commencé: dans toute la région maintenant connue sous le nom de Roumanie, une fureur a balayé la population paysanne, qui en avait assez de souffrir sous les riches propriétaires fonciers du pays. Même s'ils représentaient près de 80% de la population, la majorité d'entre eux ne possédaient aucune terre. À partir de mars 1907, des émeutes se sont rapidement répandues, les manifestants dans la moitié sud du pays se transformant vers un meurtre pur et simple. Bien que l'antisémitisme semblait avoir joué un rôle au départ, le nombre des propriétaires fonciers locaux touchés au début était juif - les émeutes se sont rapidement propagées aux zones avec peu ou pas de citoyens juifs.

Comment il s'est terminé: le gouvernement conservateur s'est plié, incapable de gérer les masses, et les libéraux ont pris le pouvoir. DÉCLARATIONS D'UNE STAT d'urgence, ils ont mobilisé plus de 100 000 hommes pour écraser les émeutiers. Moins d'une semaine plus tard, les paysans avaient été réprimés et le gouvernement contrôlait une fois de plus le pays. Le nombre exact de victimes est inconnu parce que le roi Carol I a fait détruire tous les documents, mais la plupart des estimations ont mis le nombre à 11 000.

7 «The Bloody Week» (France, 1871)
Tableau de la mort: 20 000


Comment cela a commencé: la commune de Paris était un groupe socialiste qui revendiquait la gouvernance de Paris en 1871. Le groupe a été réuni après craindre que la monarchie soit rétablie, conduisant au désarmement de la Garde nationale dans la ville. Après que des communes similaires dans les villes voisines ont été rapidement supprimées, le groupe de Paris a dû faire face à la colère du gouvernement. Un grand nombre de troupes militaires ont été envoyées pour traiter la milice mal formée qui avait déclaré son indépendance du gouvernement national.

Comment cela s'est terminé: le 21 mai, grâce à la désorganisation des troupes de la commune, l'armée est entrée dans une zone mal défendue de Paris et a commencé à tirer sans cesse avec une arme à feu, ou à quiconque soupçonnait d'aider les rebelles. Connu sous le nom de «La Semaine Sanglante» ou «The Bloody Week», jusqu'à 20 000 civils ont été tués, avec seulement environ 750 soldats du gouvernement mourant à la suite des combats et des exécutions. Par la suite, une répression brutale a eu lieu, entraînant près de 40 000 arrestations.


6 Le 228 Massacre (Taiwan, 1947)
Tableau de la mort: 28 000


Comment cela a commencé: après la reddition du Japon à la fin de la Seconde Guerre mondiale, le contrôle de Taïwan, qui était gouverné par le Japon depuis 50 ans, a été accordé à la Chine sous le couvert d'une occupation militaire temporaire. Initialement reçus en tant que libérateurs, les Chinois ont immédiatement commencé un régime répressif, qui a mis en colère le public taïwanais et a causé d'énormes problèmes économiques aux plus pauvres du pays. La dernière paille a été l'arrestation et le battement d'une femme veuve qui vendait des cigarettes sans permis, et d'énormes protestations ont immédiatement vu le jour dans tout le pays le 28 février 1947.

Comment cela s'est terminé: des représentants du gouvernement ont fait semblant de négocier avec les manifestants, tout en apportant un nombre massif de troupes pour réprimer la résistance. Le 8 mars, les militaires sont finalement arrivés et ont immédiatement commencé à tirer sur des manifestants et à d'autres civils. En tout, jusqu'à 28 000 personnes ont été tuées, avec des temps plus intestants sans raison sans raison. Jusqu'en 1987, une période de loi martiale connue sous le nom de «terreur blanche» a eu lieu sur l'île, au cours de laquelle le gouvernement a gouverné le pays avec un poing de fer.

5 El Salvadoran paysan soulèvement (El Salvador, 1932)
Tableau de la mort: 30 000


Comment cela a commencé: au cours de la seconde moitié des années 1800, le café est devenu l'une des plus grandes exportations d'El Salvador, ce qui a conduit les producteurs à rassembler de grandes parcelles de terrain avec lesquelles commencer les plantations. Cela a eu l'effet secondaire malheureux de favoriser l'écart entre riche et pauvre, les autochtones ont forcé leurs terres et dans l'extrême pauvreté. Après le krach boursier de 1929 et la Grande Dépression, le marché du café s'est effondré, conduisant à un effondrement complet de l'économie d'El Salvador. Une armée de paysans, dirigée par Agustín Farabundo Marti, révoltée et exigée des changements immédiats.

Comment il s'est terminé: l'armée, ainsi que la police locale, ont commencé une série de répressions brutales appelées «La Matanza», qui se traduit par «l'abattage.«Quiconque avait même l'air indigène a été brutalement abattu, parfois pour rien de plus que de porter des vêtements traditionnels. Les estimations varient pour le nombre de morts; c'est de 10 000 à 30 000 au total. En plus de tout ce qui est venu une autre tragédie - toute la culture des peuples autochtones a été détruite au lendemain de l'émeute, car la plupart des gens ont été forcés de cacher leur histoire culturelle s'ils voulaient survivre.


4 Jeju Uprising (Corée du Sud, 1948-1949)
Tableau de la mort: 60 000


Comment cela a commencé: alors que le sort d'une Corée unifiée était suspendu dans l'équilibre, l'ONU et l'Union soviétique étaient en désaccord sur le pays, l'Union soviétique affirmant que des élections équitables avaient lieu dans la partie nord tout en niant l'accès des Nations Unies. Un grand nombre de résidents de l'île de Jeju, juste au large des côtes de ce qui est maintenant la Corée du Sud, se méfiait extrêmement des élections non soutenues par l'ONU. Au cours des manifestations pacifiques dénonçant les élections, la police a tiré sur la foule, tuant six personnes en 1947. L'année suivante, les émeutes à grande échelle ont éclaté, les émeutiers attaquant tout bâtiment gouvernemental qu'ils pouvaient trouver.

Comment il s'est terminé: après que les négociations entre les deux forces se sont effondrées, le gouvernement sud-coréen a commencé une opération méthodique pour détruire la volonté des émeutiers. Les forces militaires ont tué sans discrimination, des gens signalant même qu'ils violaient de jeunes filles qui avaient été kidnappées de leurs villages. Les estimations varient, mais 60 000 décès est le nombre couramment attribué, ce qui équivaut à un cinquième complet de la population de l'île. De plus, environ 70% des villages de l'île ont été brûlés au sol

3 soulèvement tibétain (Tibet, 1959)
Tableau de la mort: 86 000


Comment cela a commencé: après que les forces chinoises ont pris le contrôle du Tibet dans les années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, des désaccords constants sur les droits fonciers et les programmes gouvernementaux ont commencé à devenir violents. L'Armée de libération populaire de Chine était toujours dans l'œil du public, un rappel constant du mauvais traitement brutal du gouvernement envers les civils du Tibet. Lorsque le Dalaï Lama a été invité à assister à une performance théâtrale au siège chinois début mars 1959, près de 10 000 personnes ont entouré le chef spirituel et politique du Tibet, l'empêchant d'aller à ce qu'ils ressentaient était un piège. Le 10 mars, des manifestants anticommunistes et anti-chinois sont descendus dans les rues de Lhasa, la capitale du Tibet. Le Dalaï Lama s'est enfui en Inde quelques jours plus tard pour éviter l'inévitable contrecoup chinois.

Comment cela s'est terminé: neuf jours plus tard, les Chinois ont commencé à bombarder le palais du Dalaï Lama, Norbulingka, en colère contre l'ensemble du Tibet. Les rebelles ont immédiatement commencé à attaquer, mais ont été gravement en infériorité numérique et mal formés. L'émeute n'a duré que deux jours avant que les rebelles ne tombent aux Chinois. Une répression vicieuse a commencé et près de 86 000 Tibétains au total ont été tués au cours de la période qui a suivi la rébellion.


2 La Violencia (Colombie, 1948-1960)
Tableau de la mort: 200 000

Crédit photo: Angel Paez

Comment cela a commencé: en 1948, le candidat à la présidentielle du Parti libéral populaire Jorge Eliécer Gaitán a été assassiné, provoquant une série d'émeutes connues sous le nom de Bogotazo, ce qui a entraîné près de 5 000 décès en seulement 10 heures seulement. L'oppression brutale a rapidement suivi, bien que les émeutes rurales sporadiques se soient poursuivies pendant des années. Lorsque le conservateur Laureano Gómez est devenu président en 1950, les libéraux ont dû faire face à la colère de son gouvernement et, qualifiés de communistes et d'autres indésirables, ils ont été systématiquement fermés. À son plus meurtrier, la répression était responsable de plus de 1 000 décès par mois.

Comment cela s'est terminé: le général Gustavo Rojas Pinilla a pris le pouvoir en 1953 et a tenté d'inverser les effets de La Violencia, mais ses promesses n'ont pas été tenues, poursuivant la colère de la population rurale. Les problèmes économiques résultant d'une baisse drastique des prix du café ont inauguré son retrait de ses fonctions par une junte militaire. Un gouvernement civil a été formé peu de temps après, et les émeutes sporadiques ont finalement pris fin. Pendant toute la période tumultueuse, un total de 200 000 personnes sont mortes avec 800 000 autres blessés.

1 La partition indienne (Inde, 1947)
Tableau de la mort: 500 000 à 1 000 000


Comment cela a commencé: après près de 100 ans de domination britannique, l'Inde a remporté son indépendance en 1947, les Britanniques décidant de créer un nouveau pays (Pakistan) hors de la terre en Occident, qui avait une grande majorité musulmane. Plus de 10 millions de personnes ont été déracinées et déménagées en Inde ou au Pakistan, dépendant principalement de leurs croyances religieuses. Érigé à la hâte en raison des craintes de perdre le contrôle de la population, la frontière entre les deux nouveaux pays a été mal pensée et a entraîné des émeutes de plus en plus violentes; Les régions du Punjab et du Bengale ont été parmi les plus durs de l'un ou l'autre pays.

Comment cela s'est terminé: une grande partie de la violence peut être considérée comme de nature génocidaire, comme les femmes et les enfants enceintes étaient souvent ciblés, avec des mutilations génitales un événement courant des deux côtés. L'extrémisme religieux a dominé les deux pays tout au long de 1947, comme il l'a fait dans les années précédentes. C'était l'une des raisons pour lesquelles les Britanniques avaient décidé de créer un pays musulman et un pays hindou hors de l'Inde. Lorsque la violence s'est finalement diminuée, jusqu'à 1 000 000 avaient été tués.