10 espions féminines intrigantes que vous ne connaissez peut-être pas

10 espions féminines intrigantes que vous ne connaissez peut-être pas

Béni avec un certain nombre de traits qui, selon les experts, leur donnent un avantage sur les hommes, les femmes font certaines des meilleures espions. De meilleurs auditeurs et doués d'intelligent de rue, les femmes de cette liste ont utilisé leur ruse pour aider leur pays de la manière dont ils pouvaient. La plupart des gens connaissent Mata Hari; Voici 10 espions féminines dont vous n'avez peut-être jamais entendu parler.

10 Elizabeth Van Lew


Elizabeth Van Lew, le premier espion de cette liste, a travaillé pour l'Union pendant la guerre civile américaine. Vivant à Richmond, en Virginie, elle était une mère veuve qui s'opposait avec véhémence à l'esclavage. Elle a non seulement libéré ses propres esclaves, mais a utilisé son héritage de 10 000 $ pour acheter et libérer les membres de leur famille. Pendant près de quatre ans, elle a fourni des informations aux officiers du syndicat et a aidé les prisonniers de guerre. Certains l'ont appelée «l'espion fédéral le plus réussi de la guerre.«Son premier acte« perfide »était de devenir une infirmière à la tristement célèbre prison de Libby, un choix qui lui a apporté beaucoup de mépris et de haine de ses collègues sudistes.

En utilisant les esclaves libérés qui composaient son personnel de ménage en tant que courriers, Van Lew a commencé à envoyer des messages au syndicat dans des chaussures et des œufs creusés. Finalement, elle a dû recourir à des méthodes plus secrètes de communication avec les prisonniers, alors que les gardes lui ont interdit de parler aux prisonniers. Elle est passée à l'utilisation de livres et d'un chiffre conçu personnellement. Elle a commencé à truquer un trouble mental, à se parler et à s'habiller mince afin de décourager les soupçons, et a reçu le surnom de "Crazy Bet" par ses voisins. Son réseau d'espionnage a continué de croître jusqu'à la fin de la guerre, ce qui a entraîné certaines des meilleures informations d'union recueillies n'importe où. Après la guerre, elle a été fondamentalement ostracisée à Richmond, où elle a vécu jusqu'à sa mort.

9cily lefort


Née en Irlande juste après le tournant du siècle, Cecily Lefort a déménagé en France dans sa jeunesse, où elle est devenue une yacht-femme qualifiée. Cependant, lorsque le pays a été envahi par l'armée allemande en 1940, Lefort s'est enfui en Angleterre, où elle a rejoint le SOE. Compte tenu du nom de code «Alice», elle a été renvoyée dans la France occupée, ainsi que deux autres espions féminines, Diana Rowden et Noor Inayat Khan (ce dernier est présenté plus tard dans cette liste).

Rejoignant le réseau de jockey (un groupe d'espions qui opérait dans la vallée du Rhône), Lefort n'a travaillé qu'en France pendant trois mois avant d'être capturé; Elle avait visité une maison qu'elle avait été avertie de ne pas s'approcher. (M.R.D. Foot, une historienne militaire britannique et ancien espion, a dit un jour que sa plus grande contribution suggérait que la plage près de sa maison en Grande-Bretagne serait utilisée par le SOE.) Arrêté par un allemand suspect, Lefort a été brutalement interrogé pendant des mois, avant d'être transporté au camp de concentration de Ravensbruck. C'est là, le 1er mai 1945, qu'elle a été exécutée, rencontrant le même sort que de nombreuses espions capturés par les nazis.

8Stephanie von Hohenlohe


Selon la naissance juive, Stephanie von Hohenlohe était réputée pour sa beauté, ainsi que son intelligence dans un certain nombre de régions différentes. Au début du 20e siècle, elle a continué avec deux princes différents: Franz Salvator de Toscane et Friedrich Franz von Hohenlohe-Waldenburg-Schillingsfürst d'Autriche. Elle est tombée enceinte du bébé de Salvator mais a convaincu von Hohenlohe c'était son. La paire s'est mariée et Stephanie a reçu le titre de «princesse», un honneur qu'elle a savouré pour le reste de sa vie.

Une mondaine douée, elle était populaire auprès d'une grande partie de l'élite de l'Allemagne et s'est liée d'amitié avec un certain nombre de fonctionnaires de haut rang, dont Adolf Hitler. Bien qu'elle sache qu'elle était à moitié juive, Hitler était amoureuse d'elle et a tiré une fois un homme quand il a découvert qu'elle avait une liaison avec lui. Infirmière toute la Première Guerre mondiale, elle est devenue un espion pour l'Allemagne dans toute l'Europe dans les années 1930. Pendant son séjour en Angleterre, elle transmettrait des messages secrets entre les sympathisants nazis de haut rang. Lorsque la guerre a éclaté, Von Hohenlohe s'est enfui aux États-Unis, où elle a été emprisonnée après l'attaque de Pearl Harbor. Pendant sa détention, elle a donné au Bureau des services stratégiques un rapport sur la personnalité d'Hitler, qui a été utilisé pour développer leur première analyse complète du leader allemand. En 1945, la «princesse nazie» a finalement été libérée et elle est retournée en Allemagne.

7 Sarah Aaronsohn


Née en Israël actuel (qui, à l'époque, était une province de l'Empire ottoman), Sarah Aaronsohn a passé presque toute sa vie là-bas, à l'exception d'un bref temps à Istanbul. Au cours de son voyage de retour, elle a été témoin de quelque chose qui a changé le reste de sa vie: les soldats turcs avaient lié à 5 000 Arméniens en une pyramide d'épines et les ont incendiées. Son frère Aaron l'a convaincue de rejoindre Nili, un anneau d'espions juifs fournissant des informations aux Britanniques. (Le nom est un acronyme de l'expression biblique «Netzach Yisrael Lo Yeshaker», qui se traduit par «l'éternité d'Israël ne trompera pas.»)

Pendant près de deux ans, Aaronsohn, ainsi qu'un certain nombre d'autres espions, ont aidé les Britanniques dans leur lutte contre la Turquie, un rôle qui a finalement conduit à sa mort. Capturée par les Turcs le 1er octobre 1917, elle a été brutalement torturée, mais elle n'a jamais dit un mot. Craignant qu'elle finisse par se briser (ce qui conduirait à la capture des autres espions), Aaronsohn s'est tirée dans sa maison avec un pistolet de contrebande, succombant à la blessure près de quatre jours plus tard. Une section de sa note de suicide disait: «En tant que héros, nous sommes morts et nous n'avons pas avoué."

6 Velvalee Dickinson


Connu sous le nom de «The Doll Lady», après la boutique de poupées qu'elle a gérée à New York, Velvalee Dickinson a utilisé sa position de collection de rareté pour transmettre secrètement des informations sur les navires alliés aux Japonais. Fréquemment vues dans les consulats japonais, elle a commencé à envoyer des lettres, codées d'une manière incroyablement évidente, à une Señora Inez Lopez de Malinali à Buenos Aires, Argentine. Le «code» avait été fourni par son gestionnaire, dont l'ineptie a également conduit à sa capture. Le FBI a intercepté un certain nombre de ses lettres et a rapidement pu déduire que les messages parlaient vraiment des mouvements navals américains.

Le FBI l'a arrêtée et a trouvé près de 13 000 $ en billets de cent dollars, qu'ils ont facilement retracé aux responsables japonais. Craignant l'accusation d'espionnage, Dickinson a rapidement renversé ses tripes, expliquant les détails de l'opération, pour laquelle elle a été payée 25 000 $. Extrait des informations sur des conversations apparemment inoffensives avec la population locale, elle a pu obtenir des informations sur les navires, qu'elle a ensuite transmise à l'Argentine. Il s'est avéré que son contact en Amérique du Sud avait été découvert et que son gestionnaire n'avait pas remarqué, permettant aux lettres de Dickinson d'être facilement interceptées. Dickinson a purgé sept ans de prison, disparaissant des yeux du public dès qu'elle a été libérée.

5denise Bloch


Né d'une paire de Juifs parisiens, Denise Bloch a grandi dans une famille fière, déterminée à arrêter les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale. Son père et ses deux frères aînés se sont battus pour l'armée française, tandis que son frère Jean-Claude est retourné pour rejoindre la résistance, avec laquelle Denise s'est également impliquée au cours des deux prochaines années. Quittant Paris juste avant le tour d'horizon du Vel d'ouvrage (une arrestation en masse de Juifs qui ont finalement été transportés à Auschwitz), la famille Bloch s'est enfuie à Lyon, où Denise a commencé sa carrière avec le cadre des opérations spéciales (SOE).

Le SOE était une organisation britannique qui a mené l'espionnage et la reconnaissance dans toute l'Europe occupée. Compte tenu du nom de code «Ambroise», Bloch a été jumelé avec un opérateur radio nommé Brian Stonehouse, qui avait des problèmes parce que son français était terrible. Lorsque Stonehouse a été arrêté, Bloch s'est caché, réémergeant à Londres pour s'entraîner en tant qu'opérateur radio. Pendant environ un an, Bloch a espionné dans toute la France occupée, jusqu'à ce qu'elle soit capturée par les nazis en juin 1944. Torturée et emprisonnée, elle a finalement été envoyée au camp de concentration féminin de Ravensbruck (photo ci-dessous) au début de 1945, où elle a été exécutée plus tard. (Deux autres espions notables, Lilian Rolfe et Violette Szabo, ont été exécutés à Ravensbruck le même jour.)

4 Noor Inayat Khan


Noor Inayat Khan est né en Union soviétique, au début du 20e siècle. Elle était indienne de naissance, mais sa famille a déménagé en Angleterre au début de sa vie puis en France, où elle est devenue auteur de livres pour enfants. Lorsque les nazis ont envahi la France, elle s'est enfuie en Angleterre et a rejoint le WAAF (Force aérienne auxiliaire des femmes). Finalement, elle a été recrutée au SOE en tant qu'opérateur radio et a reçu le nom de code «Madeleine.«Elle a été la première opérateur de radio à être envoyé en France occupée. La plupart des membres de son premier groupe ont été arrêtés peu de temps après son arrivée en 1943 (pas à cause d'elle), mais elle a choisi de rester en France malgré le risque accru, passant d'un endroit à un endroit pour éviter la capture.

Khan a été trahie en octobre de la même année, et la Gestapo a révélé des copies de ses signaux secrets, qu'elle avait insuffisamment gardés. Trois agents ont rencontré leur mort à cause de cette erreur: les Allemands ont trompé les Britanniques à envoyer des gens directement entre leurs mains. Emprisonnée pendant plus d'un an, Khan a été envoyée plus tard au camp de concentration de Dachau, où elle a été exécutée en 1944.

3 Sarah Emma Edmonds


Sarah Emma Edmonds était mieux connue de ses contemporains sous le nom de Frank Thompson. Née au Canada, elle s'est enfuie en Amérique pendant la guerre civile américaine et s'est enrôlée dans l'armée de l'Union en tant qu'infirmière de terrain masculine. Elle a participé à un certain nombre de batailles pendant la campagne du Maryland de 1862. Bien qu'il n'y ait pas de dossier officiel de son espionnage, ses mémoires vont dans les détails de ses exploits.

Elle a utilisé un certain nombre d'alias différents, y compris un sympathisant du Sud nommé Charles Mayberry et un homme noir nommé Cuff. Pour se déguiser comme ce dernier, Edmonds a utilisé du nitrate d'argent pour teindre sa peau. Après avoir contracté le paludisme en tant que Frank Thompson, elle s'est enfuie vers un hôpital civil, craignant ce qui se passerait si elle était découverte. (Elle doit avoir connu l'histoire de Mulan.) Avec sa couverture désormais étiquetée comme déserteur, Edmonds a travaillé comme une infirmière dans un hôpital de Washington, D.C. Après la guerre, elle a publié sa vie sous forme de livre: The BestSelling Infirmière et espion dans l'armée de l'Union, maintenant disponible librement en ligne.

Edmonds était également la seule femme membre de la Grande Armée de la République, une organisation fraternelle réservée aux hommes des anciens combattants de la guerre civile.

2 Savitri Devi

Avec l'aimable autorisation des archives Savitri Devi

Né comme Maxiani Portas au début du XXe siècle en France, Savitri Devi a été fasciné par Adolf Hitler dans sa jeunesse. Inspirée par leur utilisation partagée de la croix gammée, elle a cherché à concilier l'idéologie nazie avec l'hindouisme. Sa quête l'a emmenée en Inde, où Devi a été consommé de parcourir les écrits de vieux philosophes, ainsi que de nourrir un antisémitisme en plein essor. Elle a finalement conclu qu'Hitler était un avatar, comme ceux du dieu Vishnu, envoyé sur terre pour vaincre les forces du mal. (Elle a estimé que les Juifs étaient les chefs de cette force maléfique.)

Au cours des années 1930, Devi a propagé la propagande pro-axe dans toute l'Inde, en plus de son rôle de casseur de renseignement sur les Britanniques. Voyageant dans toute l'Europe pendant la Seconde Guerre mondiale, elle a souvent diverti le personnel allié à son mari, les interrogeant sur les questions militaires dans la mesure du possible. Après la perte des nazis, elle a continué à épouser leurs croyances, devenant même l'un des premiers négateurs de l'Holocauste. En plus de ses sentiments sur le nazisme, Devi a également cru avec les droits des animaux et l'écologie profonde.

1 Jeannie Rousseau


Selon l'une des espions les plus efficaces de la Seconde Guerre mondiale, Jeannie Rousseau était membre de l'opération de résistance de Georges Lamarque, compte tenu du nom de code «Amniarix.«Vivant à Paris pendant la construction de la guerre, sa famille a finalement déménagé dans le nord, espérant éviter les nazis. L'armée allemande est arrivée peu de temps après, en préparation d'une invasion de la Grande-Bretagne. À ce stade, le père de Rousseau l'a gardée comme liaison avec les Allemands.

Grâce à sa beauté, ainsi qu'à ses compétences avec la langue allemande, elle a pu extraire beaucoup d'informations des officiers avec qui elle a parlé, des informations qu'elle était trop heureuse de partager avec les Alliés. (Lorsqu'on lui a demandé pour la première fois si elle le partagerait, sa réponse a été: «Quel est l'intérêt de savoir tout cela, sinon de le transmettre?») Les informations de Rousseau sur le Peenemünde Center (un établissement de recherche et développement militaire) ont considérablement influencé la décision de Churchill de la faire attaquer, retardant le développement des roquettes V-1 et V-2, et donc sauver des milliers de vies. Elle a été capturée plusieurs fois et a passé du temps dans trois camps de concentration différents, mais contrairement à de nombreuses espions féminines alliées, elle a eu la chance de survivre. Après la guerre, elle a travaillé comme interprète pour l'ONU.